Mis à jour: November 9, 2018

Le management environnemental est tendance. De plus en plus de chefs d’entreprises essayent de tenir compte de l’impact de leurs activités sur l’environnement. Du côté du consommateur, la demande de services et de produits durables augmente également. Des vols écologiques jusqu’aux vêtements en coton recyclé : aujourd’hui, tout est possible.

Dans le domaine du livre et de l’édition, des thèmes comme l’environnement et le développement durable deviennent de plus en plus importants. « Comment faire imprimer mon livre de manière écologique ? » est une question qui nous est posée régulièrement et nous comprenons pourquoi.  

En fin de compte, vous ne souhaitez surtout pas que le papier utilisé pour l’impression de votre livre provienne de forêts anciennes, sachant que la déforestation touche sévèrement la flore et la faune unique, ainsi que la population indigène. Voilà pourquoi nous vous expliquerons dans cet article comment procéder pour éviter tout cela.  

Si vous voulez faire imprimer votre livre de manière écologique, pour respecter le thème de votre livre par exemple ou pour répondre aux souhaits d’un éventuel client ou simplement parce que vous y accordez de l’importance, il y a plusieurs éléments à prendre en compte.

Vous pouvez vérifier (ou demander directement) si votre imprimerie utilise de l’encre biologique et du papier écologique, vous pouvez vous renseigner sur les labels différents et vous pouvez faire le nécessaire pour rendre la production de votre livre la plus écologique possible.

Nous aborderons tout cela et bien davantage dans cet article. Tout d’abord, nous parlerons des différents termes liés à l’impression écologique d’un livre, afin de vous expliquer ensuite comment nous procédons chez Pumbo. Pour finir, nous passons en revue les mesures que vous pouvez prendre.

Utiliser de l’encre bio

Sans encre nous n’aurions pas d’images ni de textes : sans images et textes nous n’aurions pas de livre. Il n’est pas facile d’éviter l’utilisation d’encre, mais si vous souhaitez faire imprimer votre livre de manière écologique, vous pouvez tout à fait vérifier si l’imprimerie avec laquelle vous envisagez de collaborer utilise de l’encre nuisible à l’environnement.

Heureusement, l’utilisation d’encre nuisible est aujourd’hui moins commune que – disons-  il y a un quart de siècle. Auparavant, on rajoutait à l’encre des métaux lourds comme du chrome, du plomb, de l’arsenic, du cadmium, du mercure ou encore du sélénium.

Le pigment utilisé pour faire de l’encre est d’origine synthétique et produit à base d’huiles minérales comme le pétrole. Vers la moitié des années 90, la plupart des imprimeries françaises sont passées à l’encre à base d’huile végétale. Entretemps, c’est également le cas pour la majorité des imprimeries à l’étranger.

Cette encre à base d’huile végétale est appelée de l’encre bio (ou biologique). Ce type d’encre est beaucoup moins nuisible à l’environnement, il se recycle mieux, est biodégradable et est fait de matières premières qui peuvent être replantées infiniment.

Ne craignez pas que l’utilisation d’encre bio réduise la qualité de vos impressions. En effet, l’encre bio offre même quelques avantages techniques. L’encre bio est connue pour l’intensité de ses couleurs. De plus, la couche d’encre étant moins épaisse, l’impression à l’encre bio sèche plus rapidement.

Malheureusement, toutes les encres ne sont pas adaptées pour la production à base d’huile végétale. Parmi les exceptions, nous comptons par exemple les encres fluorescentes, UV et certaines encres métalliques. Si vous réfléchissez à utiliser ce genre d’encre pour (la couverture de) votre livre, mais si vous voulez également tenir votre engagement envers l’environnement, il vaut probablement mieux aller à la recherche d’une alternative plus écologique.

PEFC FSC

Utiliser du papier écologique

Si vous souhaitez présenter un livre écologique, il est important qu’il soit imprimé sur du papier écologique. Cela peut être du papier recyclé, mais ce n’est pas obligatoire.

Nous considérons comme papier écologique du papier de provenance durable, produit le plus écologiquement possible. Cela ne veut pas seulement dire que le bois utilisé provient des forêts gérées durablement, mais également que le traitement et le transport nuisent le moins possible à l’environnement.

C’est un mythe de dire que le papier écologique est plus cher, de moindre qualité ou souvent indisponible. A cet égard, il n’y a pas de différence avec le papier standard.

Il est impossible de voir à l’aspect visuel du papier s’il est écologique. Alors, il ne faut pas croire que du papier non-couché soit automatiquement écologique par son aspect naturel et que le papier couché n’est par défaut pas écologique. Or, comment pouvez-vous vérifier cela ? C’est possible grâce à plusieurs labels, dont nous passons en revue les plus connus.

Le label FSC

Le label FSC est accordé au papier et aux autres produits fabriqués à partir de (pâte de) bois provenant de forêts gérées durablement. C’est-à-dire qu’ils ne proviennent ni de forêts anciennes (des forêts qui ont évolué sans intervention humaine et qui se préservent naturellement) ni de plantations qui ont pu être implantées après déforestation des forêts tropicales.

Cependant, ce label ne dit rien sur l’origine du papier et d’autres produits en bois, ni sur l’aspect écologique du processus de production. Il a été créé par la Forest Stewardship Council (Conseil pour la bonne gestion des forêts), constituée en 1993 afin de stimuler la conservation des forêts partout dans le monde et de permettre aux propriétaires forestiers gérant leurs forêts durablement de se distinguer de leurs confrères moins soucieux de l’environnement.

Le FSC défend la gestion durable des forêts au niveau écologique, économique et social. Une certification FSC ne contribue pas seulement à la conservation de la nature et de la diversité biologique, mais par exemple également à l’amélioration des conditions de travail, ainsi qu’au développement de l’infrastructure locale.

Nous distinguons trois types de labels FSC, notamment :

  • FSC 100% : Du papier fabriqué uniquement à partir de bois provenant de forêts certifiées FSC.
  • FSC Mixte : Du papier produit à partir d’au moins 70% de bois provenant de forêts certifiées FSC. Le reste se compose de matières recyclées et/ou de bois provenant de forêts contrôlées par le FSC.
  • FSC Recyclé : Du papier qui contient un minimum 85% de matières utilisées et recyclées, issues de la post-consommation. Le reste se compose de matières recyclées qui n’ont pas été utilisées par le consommateur auparavant.

L’utilisation du label FSC et de ses logos correspondants est sujette à une forte règlementation. Chaque maillon de la chaîne de production (ou bien « Chain of Custody ») qui travaille, transforme ou revend du bois, de la pâte de bois, du papier ou des impressions, doit être certifié FSC, pour que les origines du papier restent traçables. Les imprimeries peuvent uniquement rajouter le label FSC à leurs impressions si elles sont certifiées FSC.

La certification est assurée par une partie indépendante approuvée par le FSC et est assez onéreuse. En outre, des mesures administratives et logistiques sont indispensables, afin d’être éligible au label. Ainsi, le stockage du papier FSC et du papier non-certifié doit être séparé.

Puisqu’il n’est pas facile d’obtenir la certification FSC, certaines imprimeries choisissent de ne pas être certifiées, bien qu’elles utilisent bel et bien du papier FSC. On peut uniquement mentionner le label FSC dans vos livres si l’imprimerie est bien certifiée FSC.

Le label PEFC

Un autre label connu pour la certification du papier écologique est le label PEFC. PEFC est l’abréviation de « Programme for the Endorsement ou Forest Certification schemes » ou bien Programme de reconnaissance des certifications forestières.

Un produit certifié PEFC doit obligatoirement être fait à base de bois provenant de forêts gérées durablement. De plus, lors de la production, le fabricant doit tenir compte des aspects écologiques, économiques et sociaux.

Le label PEFC existe depuis 1999 et a été lancé à l’initiative des propriétaires forestiers européens et des organisations interprofessionnelles internationales de la filière bois et ses industries dérivées. Le label est accordé aux produits qui répondent à des critères concernant la gestion durable des forêts, fixés par les gouvernements de 149 pays et révisés tous les cinq ans.

Chaque pays s’occupe de la certification de ses sociétés. Pour ce faire, elles nomment un certificateur indépendant, qui sera à la fois contrôlé par une institution indépendante : le conseil d’accréditation.

Comme le FSC, le PEFC distingue plusieurs variantes de la marque de qualité ou labels, à savoir :

  • Certifié PEFC : Pour le papier qui contient au moins 70% de bois provenant de forêts certifiées PEFC et/ou des matériaux recyclés. Le reste se compose de bois provenant de ressources contrôlées. Le taux maximum de bois recyclé est fixé à 85%.
  • Recyclé PEFC : Pour le papier fabriqué à partir de minimum 70% de matières premières provenant de ressources certifiées et recyclées. Le reste du bois provient de ressources contrôlées.

Le bois, le papier et le carton sont uniquement admissibles au Label PEFC si la totalité du processus, c’est-à-dire des forêts jusqu’au produit fini, est traçable. Les origines du produit fini doivent être connues.  Comme le FSC, le PEFC a recours à une certification dite « Chain of Custody», ou chaine de contrôle en français, dans laquelle toutes les étapes de la chaîne de production doivent être certifiées.

En outre, le PEFC a certaines exigences par rapport aux méthodes de travail qu’appliquent les sociétés qui souhaitent obtenir le label. Elles doivent par exemple respecter la norme ISO 14001 pour le management environnemental, sur lequel nous reviendrons plus tard dans cet article.

Le logo ne peut être utilisé que par des sociétés détenant un certificat Chain of Custody valable, qui est placé sur des produits dont au moins 70% des matières premières sont certifiées ou recyclées. En tant qu’auteur autoédité, vous avez le droit de mettre le label PEFC dans votre livre s’il est imprimé par une imprimerie certifiée PEFC.

Similarités et différences entre FSC et PEFC

Les labels FSC et PEFC ont le même objectif, à savoir encourager la gestion durable des forêts et certifier le plus de forêts possibles. Cependant, ils procèdent de manière différente pour poursuivre ces objectifs. Comme aucune des deux parties n’est en position de monopole, elles se font concurrence.

En ce moment, environ 500 million d’hectares forêts au monde sont certifiées. Cela semble beaucoup, mais cela ne représente malheureusement même pas 10% de toutes les forêts au monde. En outre, la plupart des forêts certifiées se trouve sur l’hémisphère nord. En bref, il y a encore du chemin à faire.

Le PEFC exploite environ 300 million d’hectares de forêt, ce qui correspond à environ deux tiers de toutes les forêts au monde. Ceci rend le PEFC plus grand que le FSC, qui regroupe environ 195 million d’hectares de forêts certifiées au monde. De nombreux types de papier sont fabriqués de bois provenant de forêts certifiées à la fois FSC et PEFC. Ils ont alors reçu les deux labels.

Le FSC se focalise notamment sur les propriétaires de grandes surfaces de forêt, tandis que le PEFC a été créé afin de faciliter la certification de plus petites propriétés forestières. Pour elles, l’obtention d’un certificat FSC est relativement chère et compliquée. Le PEFC offre ainsi l’occasion à ces petits entrepreneurs d’obtenir une certification de groupe.

Le FSC a été créé par des organisations environnementales comme le WWF (le Fonds mondial pour la nature) ou Greenpeace et fonctionne de manière descendante (dite top-down). Le propriétaire forestier qui veut être certifié doit prouver qu’il répond à des critères internationaux.

Le label PEFC a été créé par des propriétaires de forêts et se caractérise par sa typique organisation ascendante (dite bottom-up). Des règles spécifiques pour chaque pays ont été définies et le PEFC fait ensuite des contrôles afin de voir si les propriétaires les respectent.

Le FSC est plus axé sur le consommateur, tandis que le PEFC s’oriente notamment sur le « business to business ».

Papier forêt gestion durable

Ecolabel Européen

L’Ecolabel Européen est un label accordé aux produits non-alimentaires et aux services dont l’impact négatif sur l’environnement est réduit, comparé aux autres produits et services. Pour ce qui est du papier, ce sont notamment les origines du bois, la consommation d’eau et d’énergie, l’émission et l’utilisation de substances nocives, l’emballage, les déchets et les matériaux résiduels qui importent.

Tout papier ayant obtenu l’Ecolabel Européen est fait soit de papier recyclé, soit de bois provenant de forêts exploitées durablement et est par conséquent toujours certifié FSC ou PEFC (ou les deux). Lors de la production de ce type de papier, la pollution de l’eau et l’émission de substances nocives comme le dioxyde de carbone et le dioxyde de souffre sont limitées.

Nous pouvons supposer que le papier avec l’Ecolabel Européen est meilleur que le papier uniquement certifié FSC ou PEFC, parce que le papier avec l’Ecolabel Européen porte forcément au moins un des deux labels et a été produit de manière écologique.

La Commission Européenne a introduit l’Ecolabel Européen en 1992, afin de favoriser la production et la consommation durable. Le label est reconnu par tous les pays de l’Union Européenne et par l’Islande, le Liechtenstein et le Norvège.

Chaque pays participant nomme un organisme qui sera chargé de l’implémentation du label ainsi que du développement et de la révision des critères correspondants. Il est délivré, en France, par AFNOR Certification, organisme certificateur indépendant.

L’Ecolabel Européen n’a pas recours à une certification de chaîne de contrôle, mais impose des critères très stricts par rapport à l’utilisation du logo. Si le livre est imprimé sur du papier certifié, le label peut être utilisé dans le livre (par exemple sur la page du colophon), mais pas sur la couverture. En outre, il faut clairement mentionner que le label ne concerne uniquement le papier et non pas le livre complet. Enfin, le numéro de licence du fabricant du papier doit accompagner le logo. Vous pouvez demander ce numéro à votre imprimerie.

ISO 14001

ISO 14001 n’est pas forcément un label, mais plutôt une norme internationale qui concerne tout ce qui est la gestion environnementale. Elle a été établie par l’International Organization for Standardization (l’Organisation Internationale de Normalisation) et définit les exigences auxquelles un système de gestion environnementale doit répondre. Cela concerne donc le système de management environnemental et la mesure dans laquelle les sociétés travaillent durablement.

Quand une société, un fabricant de papier ou une imprimerie par exemple, est capable de prouver qu’elle travaille conformément aux normes, elle est éligible pour le certificat ISO 14001. Elle doit respecter la législation et la règlementation nationale au niveau écologique et doit s’engager activement, afin de limiter les risques environnementaux au minimum. En outre, la société en question doit s’engager pour une amélioration permanente des performances environnementales.

Puisque le logo ne peut être utilisé que par des sociétés certifiées ISO 14001, vous n’avez pas le droit de l’introduire dans votre livre s’il est imprimé par une imprimerie certifiée.

Certification ISO 14001

Qu’en est-il du papier et de l’encre qu’utilise Pumbo ?

Maintenant que vous avez lu toutes ces informations, vous vous posez sans doute la question de savoir si le papier et l’encre que nous utilisons sont bien écologiques. Notre réponse est brève et claire : oui.

Nous utilisons du papier certifié FSC pour tout livre imprimé selon le principe de l’impression à la demande. Comme ces livres sont imprimés de manière numérique, nous n’utilisons pas d’encre, mais du toner. C’est un produit naturel fait de résine et de carbone, ce qui le rend écologique par défaut. En effet, la chaleur qui se libère lors de l’impression numérique des livres est réutilisée, ce qui veut dire que nous sommes autosuffisants jusqu’aux températures de moins de dix degrés.

Tous les livres imprimés par nos soins en utilisant le procédé offset, sont imprimés sur du papier écologique ayant obtenu soit le label FSC, soit le label PEFC, soit l’Ecolabel Européen ou une combinaison de ces labels. Nous utilisons uniquement de l’encre bio et toutes nos imprimeries partenaires à l’étranger sont certifiées ISO 14001.

Bien que tout le papier que nous utilisons soit fabriqué à partir de bois provenant de forêts gérées durablement, il est interdit de mentionner les labels FSC ou PEFC dans votre livre, s’il est imprimé par nos soins. Certes, le papier est certifié, mais notre service d’impression et les imprimeries partenaires à l’étranger ne le sont pas. Elles ont décidé de ne pas faire de demande de certificat, car cela demande de grands efforts administratifs et logistiques.

Vous n’avez donc pas le droit d’intégrer le logo FSC ou PEFC dans votre livre, mais rien ne vous empêche de mentionner que le papier utilisé est écologique, sans donner plus de précisions. Si votre livre est imprimé en grand tirage et par nos soins, nous pouvons vérifier si c’est bien du papier certifié Ecolabel Européen qui a été utilisé. En l’occurrence, vous avez le droit d’intégrer le logo de l’Ecolabel Européen, à condition que vous mentionniez bien que ce logo s’applique uniquement au papier et non pas au livre entier.

Envisagez-vous d’imprimer votre livre sur un type de papier bien spécifique et à grand tirage ?  C’est avec plaisir que nous irons à la recherche d’une imprimerie appropriée.

Si vous souhaitez que votre livre soit imprimé sur du papier le plus écologique possible, nous vous recommandons le papier CyclusOffset. Ce type de papier non-couché se compose entièrement de matériaux recyclés et a obtenu le label FSC, ainsi que l’Ecolabel Européen. En outre, ce papier donne un aspect naturel et se prête parfaitement à l’impression de textes ou d’images.

Pour ce qui est l’impression à la demande, il n’est malheureusement pas possible d’opter pour des types de papier qui ne figurent pas sur la liste d’options que vous retrouverez dans notre module de calcul de prix.

Ecrire un livre

Que pouvez-vous faire de plus ?

Afin de garantir que votre livre soit produit le plus écologiquement possible, vous pouvez donc vérifier que le papier et l’encre utilisés pour l’impression de votre livre soient écologiques, mais il reste d’autres démarches à considérer. Nous avons listé les options qui vous permettent de faire la différence :

  • Faire imprimer votre livre à la demande : en optant pour l’impression à la demande, vous vous assurez que vous ne faites pas imprimer trop d’exemplaires. Comme chaque livre imprimé sera vendu, vous ne vous retrouverez pas avec des exemplaires invendus et vous évitez le gaspillage d’encre, de papier et d’autres moyens. A cet égard, l’impression à la demande s’avère donc plus écologique que l’impression offset. Si vous décidez de faire imprimer votre livre suivant le procédé offset, il est recommandé de commencer par un (premier) tirage relativement limité, afin de faire un nouveau tirage si besoin.
  • Editer votre livre et tant qu’eBook : en éditant votre livre en tant qu’eBook, vous n’économisez pas seulement en encre et en papier (pour le livre et son emballage), mais vous épargnez également de l’énergie qui aurait été nécessaire pour l’impression et le transport. En outre, comme vous n’avez pas besoin de faire transporter les livres, vous évitez l’émission des gaz d’échappement nocifs. Cependant, les adversaires de ce dernier argument estiment que la production des e-readers et des eBooks coûte également de l’énergie et que ces produits-là ont quand même un impact négatif sur l’environnement. C’est effectivement une certitude que l’on doit admettre. Pourtant, la production de tels produits numériques nuit toujours moins à l’environnement que la production des livres physiques.
  • Editer votre livre par financement participatif : en éditant votre livre en passant par du crowdfunding, vous pouvez faire une meilleure estimation du nombre de personnes intéressées par votre livre et avec cela l’ampleur idéale du (premier) tirage. Cela vous permet d’éviter que des livres soient imprimés dont vous n’aurez finalement pas besoin. De plus, vous limitez entre autres le gaspillage des matières premières, de l’énergie et de l’eau.
  • Utiliser du papier recyclé : si vous souhaitez éditer un livre le plus écologiquement possible, il est important qu’il soit imprimé sur du papier qui a été produit durablement. Ce papier peut être fait à partir de bois de forêts gérées durablement, mais par exemple aussi du papier partiellement ou entièrement recyclé. Du papier certifié FSC et PEFC est parfois (partiellement) recyclé, parfois pas du tout. Le désavantage du papier recyclé est que la provenance des matières premières est souvent inconnue. N’hésitez pas à nous informer si vous voulez opter pour un grand tirage et que vous souhaitez que votre livre soit imprimé sur du papier recyclé.
  • Utiliser du papier contenant du bois : peu de personnes savent que la production du papier sans bois nécessite plus de bois que la production du papier contenant du bois. Contrairement à ce que l’on pourrait croire, le papier sans bois n’est pas forcément sans bois du tout. Cependant, son processus de production est différent. La production d’un kilo de papier contenant du bois nécessite plus de deux kilos de bois, tandis que pour un kilo de papier contenant du bois, un peu plus d’un kilo de bois suffirait. Choisissez donc du papier contenant du bois afin d’épargner des arbres.
  • Utiliser Ecofont : l’Ecofont est une police qui vous permet d’économiser de l’encre. Elle est développée par l’agence de communication néerlandaise Spranq. En utilisant cette police pour votre livre, vous pouvez économiser entre 20% et 50% d’encre. Ceci s’explique par le fait que de petits trous ont été insérés dans les lettres. Ces trous ne sont pas visibles lorsqu’on utilise la taille de police 10.
  • Adapter la mise en page : en faisant des modifications minuscules dans la mise en page de votre livre, vous pouvez faire des économies considérables d’encre et de papier. Limitez par exemple l’espace entre les lignes et organisez votre livre le plus efficacement possible, afin de pourvoir mettre davantage d’informations sur une page. Envisagez également d’utiliser moins ou pas de couleur ou optez pour des dessins linéaires au lieu de photos si le contenu de votre livre s’y prête.
  • Renseignez-vous sur le format le plus efficace : la quantité de papier à couper après la reliure de votre livre dépend du format des feuilles d’impression. Afin de limiter le gaspillage de papier, vous pouvez vous renseigner au préalable, afin de savoir quel est le format le plus efficace pour faire imprimer votre livre. C’est le cas pour l’impression à la demande ainsi que pour l’offset. Pour ce qui est de l’impression offset, le nombre de pages doit impérativement être un multiple de seize, par rapport aux cahiers.

Conclusion

Nous l’avons déjà stipulé au début de cet article : si vous souhaitez imprimer votre livre de manière écologique, peu importe pour quelle raison, il faut tenir compte de plusieurs éléments.

Est-ce que l’encre utilisée pour l’impression de votre livre est bien biologique ? Votre livre est-il imprimé sur du papier certifié ? Qu’en est-il de l’aspect écologique de l’imprimerie et des autres entreprises qui interviennent dans le processus de production ? Si vous pouvez répondre positivement à ces questions, vous vous rapprochez peu à peu de la production écologique de votre livre.

Vous pouvez contribuer vous-même à la production écologique de votre livre. Pensez par exemple à faire imprimer votre livre sur demande, utilisez de l’Ecofont pour faire des économies d’encre pour la mise en page du livre ou renseignez-vous auprès de votre imprimerie pour connaître le format le plus efficace.

Avez-vous des questions sur notre manière de travailler en ce qui concerne l’impression écologique ? Envisagez-vous d’utiliser un type de papier en particulier ou avez-vous des remarques sur cet article ? N’hésitez pas à nous contacter ou à laisser un message ci-dessous.

Tanja Metselaar

l’Auteur


Partagez cet article Pijl

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *